Breaking News

Live Report : IAM @ Salle Guy Obino de Vitrolles (03/02/2024)


IAM (hip-hop/rap), groupe marseillais formé en 1989, fait partie des précurseurs du hip-hop en France. La tournée débute par la Salle Guy Obino de Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône ce samedi 3 février 2024. A noter que leur 11ème album (en comptant "Rimes essentielles"), HH History, est sorti officiellement la veille.

C’est le marseillais Mehdi Miklo et son DJ qui sont en charge de la première partie. Pendant une vingtaine de minutes ils ont fait une prestation remarquée, dans leur style mélangeant le rap old-school au moderne. Des artistes à suivre avec attention.

Il est 21 heures lorsque qu’IAM fait son apparition allumant le public avec des torches électriques avant d’entamer "IAM Concept" et d'enchainer immédiatement avec "Noble art". On comprend rapidement que la setlist de ce soir va être un condensé de tous leurs albums.
Le groupe semble en forme, la fosse est déjà déchainée, on en aura la preuve lors du cultisme "Petit Frère", une version courte semblait prévue, en effet le groupe s’apprêtait à conclure le morceau avant le dernier couplet, voyant l’engouement, ils interpréteront l’intégralité du titre.
L’album Revoir un printemps est à l’honneur en ce début de concert avec pas moins de 3 morceaux tirés de cet opus. Sur scène aucun des 4 chanteurs n’est mis en retrait : que ce soit Saïd ou Kephren, ils sont sur le même pied d'égalité qu'Akhenaton et que l’oncle Shu. Pourtant c’est clairement ce dernier, Shurik'n, qui impressionne le plus de par sa présence et son timbre de voix si particulier.

La fosse connait ses classiques et le prouve au fur et à mesure que le concert avance, HH History tour mais pas seulement, le groupe rend hommage à l’ensemble de sa carrière en interprétant des morceaux qu'il n'a pas l'habitude de chanter en live. Les albums solo sont également à l’honneur avec "Entre la pierre et plume" ou "Loups et panthères" pour AKH, ou encore "Les miens", "Lettre" et "Mémoire" pour Shurik'n . On apprend rien a personne en disant que leur album culte reste L’école du micro d’argent dont de nombreux morceaux sont joués ce soir. Une fois de plus IAM fait ça intelligemment en les plaçant dans la setlist de manière stratégique. La setlist de ce soir ? Parlons en, elle est particulièrement conséquente mais bien équilibrée, alternant les temps calmes et les temps fort, les sorties récentes et les plus anciens morceaux. On ira même faire un tour du coté de Sad Hill à la rencontre de Sentenza sur "Total Keops II". Les DJ quant à eux ont pris place sur les deux grands H qui surplombent le décor, ces derniers sont intégrés aux jeux de lumières projetés en fond de scène.

Plus de trente ans de carrière ? Trente ans de classiques avec un enchainement d’anthologie qui débute par "Revoir un printemps", la salle passera en mode dancefloor sur "Je danse le Mia" ; les micros seront tendus vers la fosse pour faire chanter le public. Pas le temps de se reposer car l’instru de "Bad Boys de Marseille" se fait entendre, on est clairement au moment culminant du concert, mais IAM va réussir à faire monter l’intensité encore d'un cran avec une session karaoké sur le refrain de "Le feu". Les rappeurs quitteront la scène, le temps que tout le monde reprenne son souffle. Pendant ce répit on aura droit à quelques scratches et samples en fond sonore.

Lumières tamisées le groupe fait un retour énergique, sabres lasers rouge à la main, pour interpréter "L'empire du côté obscur". Une nouvelle fois la plupart des refrains seront chantés par les fans. Le dernier album n’est pas oublié en cette fin de concert avec "Glorieux", "CBR" et "Sans valeurs". Pour le final nous serons plongés dans le noir quelques secondes, le temps d’apporter le fameux banc sur scène. AKH micro en main : "un concert d’IAM est obligé de se terminer par Demain c’est loin c’est notre morceau le plus culte". Akhenaton la joue modeste sur ce coup-là, car il s’agit clairement du titre le plus culte des morceaux cultes du rap français. On part donc pour 9 minutes de chef d’œuvre absolu ! Dans la fosse c’est toutes sortes d’émotions qui ressortent, certains murmurent timidement les paroles, d’autres, les larmes aux yeux, donneront tout ce qui leur reste d’énergie sur les ultimes minutes.

Après 2h20 de concert le groupe remerciera les organisateurs, ceux qui ont fait le déplacement et rendra hommage à la fresque des 50 ans du hip-hop situés à quelques mètres de la salle. "C’est la première date de la tournée et on ne vous cache pas qu’on avait un peu peur, on a joué des morceaux qu’on a pas pour habitude d’interpréter". En effet il est important de rappeler qu’il s’agit de la première date. Le HH History tour commence en force grâce à un show déjà bien rodé. Avec 46 morceaux la profondeur de la setlist rajoute de l’ampleur à la qualité de la performance.
A la fin du concert les réactions étaient unanimes tout le monde a passé une bonne soirée, en profitant du moment présent sans penser au lendemain. "On ne pense pas à demain, parce que demain c’est loin."

Pastaga

Setlist :

1. Intro Envahisseurs
2. IAM Concept
3. Noble Art
4. Petit frère
5. Stratégie d’un pion
6. Second Souffle
7. La même chose
8. Funkytown a Junkyville
9. Tu le sais
10. Red, Black and Green
11. Samuraï
12. Loups et Panthères
13. Pourquoi je suis là
14. C.Q.F.D. + Rien à perdre
15. Mémoire
16. Marvel
17. Elle donne son corps avant son nom
18. Planète Mars
19. Une autre brique
20. Sachet blanc remix
21. Après la fête
22. Quand ils rentraient chez eux
23. Pas possible
24. Nés sous la même étoile
25. Tam tam de l'Afrique
26. Total Khéops II
27. Les Miens
28. L’Aimant
29. Un jour comme un lion
30. Où va la vie ?
31. Lettre
32. Le style de la mouette
33. Entre la pierre et la plume
34. Hold‐up mental
35. Signe des temps
36. Revoir un printemps
37. Je danse le mia
38. Bad Boys de Marseille
39. Le Feu
40. Glorieux
41. L'empire du côté obscur
42. CBR - Sans valeurs
43. Pyramides de Ponzi
44. Un bon son brut pour les truands
45. La tension monte
46. Demain, c'est loin

Aucun commentaire