Breaking News

Chronique : The Pretty Reckless - Death by Rock and Roll


Le 12 février dernier est sorti Death by Rock and Roll de The Pretty Reckless (alternative rock/hard rock). Après plus de 10 ans de carrière, le groupe en est déjà à son quatrième album (dire qu’en 2010 les tabloïds américains étaient persuadés qu'il s'agissait juste d'un caprice de la sulfureuse Taylor Momsen).

C'est le premier disque enregistré sans leur producteur emblématique Kato Khandwala, décédé en 2018 des suites d’un accident de moto. The Pretty Reckless lui rend hommage à travers celui ci, se servant du disque comme une thérapie pour affronter cette épreuve et c’est franchement réussi.

L’album démarre avec "Death by Rock and Roll", titre éponyme, typique de ce que fait de mieux TPR. On accroche immédiatement, le morceau est bien équilibré, que ce soit la section rythmique ou la voix de Taylor, chacun est sa place l’alchimie est parfaite. Autant le dire de suite ce sera le cas tout au long de l’album, il suffit d’écouter "And So It Went" pour en avoir la confirmation, la guitare puissante se mélangeant parfaitement avec le grain de voix si particulier de la chanteuse. La chronologie du morceau est variée, pêchue puis calme, le chant semble flotter par dessus la guitare acoustique avant que Tom Morello claque un solo dont lui seul à le secret. Le morceau se termine avec des chœurs dans le style de "Heaven Knows". 

Les titres se suivent mais ne se ressemblent pas, que ce soit en terme de structure ou de style, sans oublier les nombreux changements mélodiques au cours de chacun d’entre eux. "My Bone" en est l’exemple parfait, mais l’album est surtout une palette d’émotions, énervé, triste, mélancolique, un putain d’hommage musical.

Certaines chansons comme "Standing at the Wall", "Rock n roll Heaven" et "Harley Darling" sont plus calmes, mélangeant tristesse, résilience et acceptation.

J’insiste sur la justesse technique tout au long de l’album, l’empreinte vocale est parfaitement maitrisée, jamais dans l’exagération, que ce soit sur le dernier "love" de "Standing at the Wall", le premier break de "Only Love Can Save Me Now" et même sur les morceaux plus pêchus. Ben Phillips à la guitare sait exactement ou commencer et quand terminer ses solos, absolument rien n’est laissé au hasard. On dit souvent que c’est dans les pires moments de sa vie qu’on fait les meilleures chansons, cet album en est la preuve, tantôt hard, parfois grunge ou blues, le tout saupoudré par quelques notes orientales.

The Pretty Reckless se met à nu sur Death by Rock and Roll et rien n'y est à jeter :  chaque chanson est susceptible d’être jouée en concert. A l’heure ou beaucoup de groupes ont tendance a rajouter de l’electro rock dans leurs "prods", le quatuor reste dans son style, en y invitant Tom Morello, Matt Cameron et Kim Thayil, le tout pour notre plus grand bonheur. Alors sortez-les Les Paul, montez les amplis et faites péter les humbuckers, au nom du rock, du hard, et du rock n roll. Amen.

Pastaga. 

Note du rédacteur : 4/5

01. Death By Rock And Roll
02. Only Love Can Save Me Now (feat. Kim Thayil and Matt Cameron)
03. And So It Went (feat. Tom Morello)
04. 25
05. My Bones
06. Got So High
07. Broomsticks
08. Witches Burn
09. Standing at the Wall
10. Turning Gold
11. Rock and Roll Heaven
12. Harley Darling

Aucun commentaire