Breaking News

Chronique : The Night Flight Orchestra - Aeromantic


The Night Flight Orchestra est le projet parallèle du chanteur et du guitariste de Soilwork (death metal). C'est aussi leur petite pause au calme, avec une petite pointe de nostalgie : The Night Flight Orchestra n'a - rien - à voir musicalement avec Soilwork, on baigne plutôt dans le hard rock psychédélique avec des inspirations des années 70 (avec claviers) totalement assumées. Ils ont également recruté le bassiste d'Arch Enemy (death metal également) dans l'aventure. Aeromantic est le cinquième album de ce projet, lancé en 2012 avec un succès certain. 

Ceci étant dit, sur les quatre albums précédents, on était bel et bien dans du hard rock, même quand le rythme ralentissait ça restait très énergétique. Aeromantic tend beaucoup plus sur du rock, certes psychédélique mais du rock, qui peut finir par lasser. Entendons-nous bien : l'album démarre très bien, avec un "Servants Of The Air" très énergique, absolument hard-rock 70's, s'ensuit un très bon "Divinyls" plus festif mais tout aussi hard-rock... et commence la partie beaucoup plus sucrée de l'album. Même quand ils reprennent un peu de vitesse et de rythme sur "This Boy's Last Summer", la mélodie est résolument celle d'une chanson pop : c'est simplement une chanson pop rapide. The Night Flight Orchestra nous gratifie même d'une chanson à la Elton John avec "Golden Swansdown". On peut tout à fait rapprocher chaque titre de Aeromantic de tel ou tel groupe des années 70, mais presque à chaque fois ça serait la version du groupe qui aurait beaucoup, beaucoup "sucré" sa musique. Quelques chansons sortent du lot, comme "Servants Of The Air", "Divinyls", "Taurus", voire "Carmencita Seven" (qui a ses longueurs, mais  le sitar si 70's à la fin fait tout oublier), mais ça ne suffit pas à relever la totalité de l'album. Même une chanson comme "City Light And Moonbeams", qui part tout à fait bien, traîne un peu trop en longueur... à force de répéter le refrain sur la fin, recette typique de la pop.

Entendons-nous bien, il n'y a rien de mal à sortir un album popisant ou empli de claviers dansants. Ça fait partie du concept de The Night Flight Orchestra depuis ses débuts et, jusque-là, ça ne les a absolument pas empêchés de proposer un très bon hard-rock 70's assumant totalement une inspiration disco (si si, les deux peuvent aller ensemble, ils l'ont prouvé). On pourrait dire qu'au bout du cinquième album ils ont voulu proposer quelque chose d'autre, se renouveler un peu. Pourquoi pas. Simplement, connaissant la qualité des musiciens, on sait très bien que s'ils veulent proposer un hard-rock plus popisant de qualité et inspiré par les années 70, ils peuvent sans doute le faire. Avec Aeromantic, ils proposent plutôt un album easy-listening, avec toutes les qualités que ça peut présenter auprès du grand public... et la déception que ça risque impliquer pour les fans de la première heure. Saupoudré d'un petit arrière-goût de "vendus" fort désagréable. En dehors des quatre chansons mentionnées ci-dessus, certes, qui auraient eu toute leur place sur les albums précédents.

De mémoire, ils clamaient dans la presse avoir joué dans le studio et sur un kit de batterie ayant servi à Abba, cela aurait pu être un joli clin d’œil en effet, d'autant qu'ils sont suédois... à condition de ne pas piocher autant dans la pop et le dancefloor.

Au final, les précédents albums de The Night Flight Orchestra étaient de ceux que l'on sort quand on reçoit des amis qui aiment bien le rock pêchu sans être pour autant très portés sur le metal. Aeromantics sera plutôt à ranger dans la pile de ces albums que vous mettez quand vos beaux-parents arrivent, pour éviter de trop les effrayer. Il a donc une qualité certaine, oui, mais pour quelqu'un qui les suit depuis leurs débuts il est fort décevant. Cela veut aussi dire que si Aeromantic vous paraît tout à fait bon, il est fortement recommandé de jeter une oreille à ses prédécesseurs.

Note de la rédactrice : 2/5 (probablement 4/5 et plus pour vos beaux-parents) 

01. Servants Of The Air 
02. Divinyls 
03. If Tonight Is Our Only Chance 
04. This Boy’s Last Summer 
05. Curves 
07. Aeromantic 
08. Golden Swansdown 
09. Taurus 
10. Carmencita Seven 
11. Sister Mercurial 
12. Dead Of Winter

L'intégralité de l'album est également disponible depuis le compte officiel YouTube du groupe.

Aucun commentaire