Breaking News

The Cure : le single "A Forest" a 40 ans


Le 8 avril 1980, The Cure ont publié le single "A Forest", co-produit par Mike Hedges, issu de leur second album, Seventeen Seconds. "A Forest" n'était pas le 1er titre du morceau, mais "At Night", qui a été recyclé pour un autre titre sur l'album. 

Dernière chanson enregistrée et seul single sorti pour Seventeen Seconds, ce fut également le premier chef-d’œuvre des Cure, des années-lumière au-delà de l’écriture des chansons présentées avec les singles précédents, "Killing An Arab", "Boys Don’t Cry" et "Jumping Someone Else’s Train".

"Nous voulions que ce soit très ornementé ", déclare Mike Hedges sur la production du single :

"Finalement, c'est le morceau le plus produit de l’album. Pour moi, ça a toujours sonné comme un single. Nous pensions tous que c’était une chanson incroyable - j’adorais la ligne de guitare - mais nous nous sommes aussi dit qu’il faudrait un peu plus de travail que les autres."

Peut-être que la direction plus sombre, qui est plus tard devenue la marque de fabrique du groupe, a été influencée par la performance aux côtés de Joy Division le 4 mars 1979, ou peut-être était-ce du au passage de Robert Smith (chant/guitare) comme guitariste dans Siouxsie & the Banshees après le départ de Kenny Morris & John Mckay.

Une chose est certaine - l’arrivée de Simon Gallup à la basse a changé la donne, Gallup ayant remplacé le bassiste fondateur Michael Dempsey, qui a quitté le groupe pour rejoindre The Associates. Gallup dira plus tard que son jeu de basse distinctif sur le morceau a été fortement inspiré par les Stranglers, dont le bassiste Jean-Jacques Burnel a été une influence majeure sur lui.

Le recrutement de Matthieu Hartley sur les claviers pour le disque a également été l’introduction d’une partie intégrante de la nature atmosphérique du son de The Cure qui demeure à ce jour. Hartley avait rejoint le groupe avec Gallup après avoir été impliqué avec les groupes Lockjaw et The Magazine Spies.

Avec "A Forest", les Cure ont ouvert la voie à une nouvelle génération de groupes cold-wave, post-punk et goth, et ont posé les bases de trois de leurs plus grands albums, Seventeen Seconds, Faith et Pornography.




Aucun commentaire