Breaking News

Live Report : Palaye Royale + YONAKA @ Cabaret Sauvage (13/02/2023)


A la veille de la St-Valentin, les amoureux du rock avaient aussi leur date cochée dans le calendrier : celle du 13 février au Cabaret Sauvage, en compagnie de YONAKA (alternative rock) et Palaye Royale (art-rock). 

Laissons donc le romantisme au lendemain, et offrons nous donc une soirée sauvage et enivrante dans le grand Cabaret Sauvage de la Villette. 

La date est sold out, et le retard d’ouverture des portes nous fait malheureusement rater la prestation de Starbender. Nous arrivons donc pour la performance du groupe de rock britannique Yonaka. La formation ouvre sur leur titre "Ordinary", mettant immédiatement le public en transe. Leur son brut et dynamique électrise la scène et Theresa, au chant, nous entraîne avec elle dans cette nuit agitée, sollicitant la foule pour chanter et sauter au rythme de ses mots (pas si) doux. La frontgirl profite d’ailleurs de ce tête à tête pour partager quelques mots sur la santé mentale, et la valorisation de soi. Yonaka représentera donc l’amour de soi, ce soir. Nous puisons dans ces mots et de leur énergie contagieuse pour nous offrir un moment pour nous-mêmes, un instant de lâcher prise : sur les airs de "PANIC", "Clique", ou encore "I Want More", les Parisiens sont partis pour danser jusqu’au bout de la nuit. Leurs titres sont plein de puissance, la formule parfaite pour se sentir fort, invincible, l’espace d’un set. Le groupe termine avec "Rockstar", avant de clôturer leur performance sur leur titre "Seize The Power", issue de leur dernier album, laissant la fosse en ébullition, prête pour la suite avec Palaye Royale. 

Dès les premières notes, le public est captivé par l'énergie contagieuse de Remington Leith, dont la voix puissante et le charisme sur scène ont fait sensation. Les guitaristes Sebastian Danzig et Emerson Barrett enflamment la foule avec des riffs sauvages et des solos endiablés, faisant monter la tension au fil de la soirée. La passion est palpable ce soir, et communicative. Ça se cherche, ce soir : la bande de musiciens ne lésine pas sur le fan-service, tandis que le public les pousse à donner le maximum d’eux en hurlant de plaisir en retour. 

La ballade acoustique "Broken", extraite de leur dernier album Fever Dream, a offert un moment plus intime et émouvant au public, marquant un contraste saisissant avec l'ambiance survoltée du concert. Avant de commencer la chanson, Remington Leith a invité la foule à tenir un petit papier rouge devant leur téléphone portable pour créer un effet visuel surprenant, ajoutant encore à la dimension surréaliste de la soirée. 

Le groupe a ensuite enchaîné avec des chansons de leur dernier album, mais aussi avec des titres phares de leurs précédents albums. Les fans ont chanté à tue-tête sur des chansons telles que "You’ll Be Fine", ou l’incroyable "Fucking with My Head", sans oublier "Paranoid". La performance épique de la célèbre chanson "Mr. Doctor Man" fait exploser la salle, ajoutant à l'atmosphère déjà survoltée du concert. La fin du set est tout aussi intense qu’à son commencement, avec la sensuelle "Lonely" qui fait vibrer la salle entière, suivie de "Fever Dream", qui fait encore monter la température. Malheureusement, c’est déjà la fin de ce moment de partage enivrant, passionnel. Des derniers baisers sont envoyés, on se souhaite de se revoir, puis on s’habille et quitte, non pas sans un petit pincement au cœur, cet instant hors du temps. 

Palaye Royale quitte la scène sous les acclamations de la foule, laissant des fans envoûtés. Le trio de frères a prouvé une fois de plus qu'ils sont des artistes incontournables du garage rock actuel, maîtrisant à la perfection l'art de créer un univers puissant et onirique à travers leur musique. Le groupe a transcendé la limite entre la réalité et le rêve en offrant un concert incroyablement sauvage et enflammé.

Article et photos par Aurélie Renault. 


Setlist : 

Intro (Non, Je Ne Regrette Rien)
Nightmares
No Love in LA
You'll Be Fine
Broken
Fucking With My Head
King of the Damned
Paranoid
Line It Up
Oblivion
Punching Bag
Mr. Doctor Man
Off With the Head
Off With the Head (outro)

Encore :

Lonely
Fever Dream

Aucun commentaire