Breaking News

My Chemical Romance : les 10 ans de Danger Days !


On célèbre aujourd'hui les 10 ans de Danger Days: The True Lives of the Fabulous Killjoys, le 4ème (et dernier à ce jour) album de My Chemical Romance ! Un disque sur lequel, après avoir peaufiné son côté goth et emo jusqu'à l'extrême avec le grandiloquant The Black Parade, le groupe se rebootait presque vers quelque chose de beaucoup plus fun et lumineux. L'excellent single punk rock "Na Na Na" nous avait introduit au nouveau concept, à mi-chemin entre Mad Max et l'univers des comics (il en deviendra d'ailleurs un par la suite) : 

L'histoire est basée sur les Killjoys, un groupe de rebelles vivant dans une Californie post-apocalyptique en 2019. Récit occasionnellement raconté par le DJ radio pirate Dr. Death Defying (interprété par Steve Montano). L'album suit le groupe alors qu'ils luttent contre la société perverse Better Living Industries (BL/ind.) et ses divers Draculoids et exterminateurs, tels que Korse (interprété par Grant Morrison dans les vidéoclips), de l'unité S/C/A/R/E/C/R/O/W.

Dans les vidéoclips et le matériel promotionnel, les membres du groupe représentaient leurs alter ego Killjoy : Party Poison (Gerard Way), Jet-Star (Ray Toro), Fun Ghoul (Frank Iero) et The Cobra Kid (Mikey Way). Le clip de "Na Na Na" montre la vie quotidienne des Killjoys jusqu'à ce que Korse les batte et capture The Girl, tandis que le clip de "Sing" montre la mission de sauvetage des Killjoys pour la récupérer.

Interrogé sur le titre de l'album dans une interview de novembre 2010, le leader du groupe Gerard Way a déclaré que "Danger Days est ce qu'il faut pour faire quelque chose de grand. Cela fait référence à nous, aux fans, pour tout ce que nous savons et aux artistes qui ont contribué à façonner l'album.

Rolling Stone décrit Danger Days comme un rejet total de la célébrité rock. Le single "Na Na Na" présente une critique de la culture consumériste des États-Unis, et le groupe décrit le thème principal de "SING" comme "la subversion, et se plonger dans la peau de certains individus politiquement, socialement, et aussi atteindre la télévision nationale pour parler de ce que nous ressentons sur le monde.

Le guitariste Ray Toro parle de "S/C/A/R/E/C/R/O/W" comme une chanson psychédélique qui "montre le côté artistique du groupe", et qui a été fortement inspirée par des chansons comme "Lucy in the Sky with Diamonds" des Beatles. Le dernier morceau punk, "Vampire Money", était une réaction à la demande du groupe de faire une chanson pour la saga Twilight. Gerard Way a expliqué que la raison pour laquelle la chanson était sur l'album était qu'"il y a beaucoup de gens à la poursuite de ce putain d'argent. Twilight ? Beaucoup de gens autour de nous disaient : 'S'il vous plaît, pour l'amour de Dieu, faites ce putain de film.' Mais nous avions évolué."

Rock Sound commentait "la façon dont ils ont utilisé tout ce qu'ils ont appris sur The Black Parade et resserré à certains endroits semble naturelle et confiante" et qu'ils y voyaient "la créativité du groupe prendre son envol musicalement, graphiquement et littéralement. " Dan Martin de NME déclarait  "c'est le meilleur disque de rock de l'année avec une telle marge que vous vous sentez plutôt embarrassé pour tous les autres." Alternative Press commentait de son côté : "C'est vraiment difficile de croire que c'est le même groupe qui a explosé sur la scène il y a six ans avec l'hymne emo 'I'm Not Okay (I Promise)', et en déclarant :"MCR a pleinement suivi sa propre vision créative plus grande que nature."

Le disque devait, après le single standalone "Desolation Row", revenir aux racines punk rock du groupe, et il y en avait, notamment dans le son volontairement crade des guitares, mais la bande s'est finalement laissée emportée dans un nouveau concept novateur. Au final c'est pour le mieux, quand on voit la qualité de l'oubliable EP The Mad Gear And Missile Kid, qui servait de compagnon à l'album, et qui représentait "essentiellement ce que les Killjoys écoutent dans la voiture alors qu'ils ont ces gunfights."

De mon côté, avec le recul, je m'étais légèrement emballé, le préférant même à The Black Parade et lui attribuant la très belle note de 9/10 ! Pourquoi donc ? Justement, The Black Parade s'enfonçait trop, je trouvais, dans les clichés, au détriment du son horror-punk/post-hardcore des débuts qui m'avait attiré vers le groupe. Cette nouvelle direction était une bouffée d'air frais pour moi et j'étais complètement séduit par l'histoire et tout le travail graphique autour des Killjoys.

Voici ce que j'en disais en conclusion de ma chronique, toujours disponible en intégralité sur AN : 

On pourrait débattre des heures sur combien My Chemical Romance s'est ramolli au fil des ans, n'a pas complètement respecté sa parole de revenir à du punk et a quand même glissé des artifices dans son album (tous les passages electro), mais, après plusieurs écoutes, on réalise surtout une chose : on n'avait pas besoin d'un autre album pseudo-dramatique. On se retrouve à la place avec une grosse surprise, un album varié (par exemple, comparez le chant sur « Na Na Na », « SING! » et « DESTROYA », il est complètement différent sur chacun des trois morceaux) et kiffant de bout en bout. Combien de groupes se renouvellent ainsi à chaque sortie ? Arrivent à nous faire sourire comme des gamins à la simple vue de flingues en plastiques qui tirent des lasers ? Danger Days est un album prenant et fun. My Chemical Romance a du talent, et pour peu que la groupe ai la bonne idée de ne pas splitter [ndlr : amusant de relire ça maintenant], on peut penser qu'il n'a pas fini de nous le prouver.

Avec le recul, je vous rassure, j'ai rétabli The Black Parade à la place qu'il mérite, celle d'un chef d'œuvre. Et c'est au final Danger Days que j'ai le moins écouté au fil des années - peut-être refroidi par des titres comme "Party Poison" ou "Planetary (Go)" - même si ça reste un très très bon disque. Avec le recul je lui mettrais un 7 ou 8 sur 10 (et probablement un généreux 4/5 selon mon système de notation actuel).

Par exemple, je le disais dans ma chronique, le refrain de "SING" est plus proche, à mon goût, de la grandeur recherchée de Queen que celui de "Welcome to the Black Parade". Il y a aussi les 2 excellents titres rock "Bulletproof Heart" et "Save Yourself, I'll Hold Them Back", qui auraient mérités de sortir en single. Le groupe régalait également avec "DESTROYA", gros morceau bien heavy à la limite du rap/rock.

Streaming complet :


1. Look Alive, Sunshine
2. Na Na Na (Na Na Na Na Na Na Na Na Na)
3. Bulletproof Heart
4. Sing
5. Planetary (GO!)
6. The Only Hope For Me Is You
7. Jet-Star And The Kobra Kid/Traffic Report
8. Party Poison
9. Save Yourself, I’ll Hold Them Back
10. S/C/A/R/E/C/R/O/W
11. Summertime
12. Destroya
13. The Kids From Yesterday
14. Goodnite, Dr. Death

Connaissez-vous également les excellentes Faces B de l'album ? La TUERIE "Zero Percent", présente sur l'édition japonaise de l'album :


Et le titre rock "We Don't Need Another Song About California", piste bonus iTunes :


Pour pour finir de vous proposer une expérience anniversaire complète, on vous laisse également le streaming intégral de l'EP 3 titres The Mad Gear And Missile Kid

Aucun commentaire